Du lundi au samedi : 9h30-13h/14h30-19h30 Dimanche ouvert de 10h à 13h et de 15h30 à 19h30

Depuis 1920

ohier

Toute une histoire

Naissance de la Maison Ohier

La Maison Ohier voit le jour en mai 1967 à l’initiative d’Yvette Ohier qui décide d’acheter le magasin situé au 31 boulevard Duponchel à Saint-Cast. Le local fait alors seulement 24 mètres carrés et abrite une activité de droguerie depuis 1920.

Le projet initial d’Yvette Ohier est d’en faire un comptoir de blanchisserie. La saison estivale de 1967 doit servir à liquider le stock des anciens propriétaires Boismain. Yvette Ohier se découvre très vite un attrait pour l’activité commerciale. Finalement, après l’été, elle décide de garder le magasin et donc l’activité de droguerie. Le matériel performant de la blanchisserie est installé dans le local juste derrière le magasin.

Pour faire face à ce projet ambitieux, Jules, le mari d’Yvette, arrête la navigation et le métier de marin pour se consacrer à l’activité de la blanchisserie tandis qu’Yvette, elle, gère la droguerie. Quatre employées salariées font partie de l’aventure.

L'essor des activités magasin et blanchisserie

Peu à peu les espaces du magasin et de la blanchisserie deviennent insuffisants. Les époux Ohier investissent l’entrepôt qui sert jusqu’alors pour la blanchisserie et agrandissent la surface du magasin, la blanchisserie est délocalisée en 1974 rue de la Résistance à Saint-Cast.


En 2000, Hubert Ohier, leur fils unique reprend la gérance de l’entreprise et entreprend la succession de l’entreprise familiale. L’activité de la blanchisserie est de nouveau délocalisée, en 2005, sur un autre site, la Zone Artisanale et Commerciale de Haute Lande, beaucoup plus spacieux et dotés de machines toujours plus performantes.

L'essor des activités magasin et blanchisserie

En février 2014, une nouvelle ère commence pour la droguerie et la blanchisserie. Les deux activités sont désormais gérées séparément. Catherine, Fabienne et Céline, 3 des 5 filles de la famille Ohier, reprennent la gestion du magasin qui s’appelle depuis, Ohier.

Aujourd’hui, le magasin se veut à l’écoute des besoins et enjeux du présent tout en étant respectueux de l’héritage et de l’histoire de la droguerie.